Freedom

Avant de monter sur Paris, je n’avais pas cette vision sur le monde du travail. En particulier sur celui de la mode. J’ai pris une grosse claque. Seigneur, pardonnez-moi, j’ai couru aveugle vers la réalité.

Je me suis rendu compte à quelle point c’était difficile. Pas difficile dans le sens fatiguant mais difficile de ce faire écouter et donc de se faire comprendre. On dit sans cesse que la mode est un art en dehors du business, une création. Je trouve ce discours paradoxal avec la réalité de ce milieu. Comment pouvoir crée sans aucune écoute ? Comment pouvoir s’exprimer avec des règles strictes ?

Je suis une personne assez anticonformiste et j’avais une image bien fixe sur le système scolaire du lycée par exemple. Je me disais que l’école supérieur été enfin ce qu’il me fallait. Une école ou ont nous apprend les bases de notre futur métier, avec un suivi de la pars des professeurs ( vu le prix des écoles ), et une liberté dans nos créations. En réalité c’est marche comme un mouton ou crève. Je préfère crever plutôt que suivre à la lettre ce que mon professeur me demande sans avoir mon mot à dire, en me privant de toutes mes idées et en m’interdisant de faire appel à mes inspirations.

Je suis frustré et sans cesse conditionné à devoir marcher dans un moule. Entre les obligations que la société nous inflige pour pouvoir vivre et l’école qui nous prive de toutes libertés, je suis comme une bombe qui est prête à exploser. C’est comme si tu criais et personne ne pouvait t’entendre.

Liberté! Où es-tu ? À 20 ans c’est ça la vie ? Chercher du travail pour pouvoir vivre et te prendre des stops parce que tu n’as pas assez d’expériences et que tu ne parles pas cinq langues pour un job étudiant ? Être mis de coté par tes professeurs car tu n’avances pas au bon rythme et que tu dévies un peu les règles ? Je ne laisserai pas ma liberté pourrir en enfer.  Plutôt être catalogué que soumis.

Devoir te débrouiller seul lors de tes galères car personne n’a envie de t’écouter ? Alors, je préfère être transparent aux yeux de tous.

Mon père m’a récemment dit d’être fort et de jamais me faire passer pour une victime. Ne jamais devoir m’excuser d’être qui je suis. J’ai réalisé aussi que je ne pouvais compter sur personne. Même les personnes les plus proches. Tout ce dont j’ai besoin dans ma vie, c’est moi qui dois me le donner. J’ai appris à rebondir rapidement, appris à être mon propre psychanalyste. Je suis contraint de devoir comprendre toutes les responsabilités rapidement. À devoir analyser chaque détail et événement de ma vie pour ne pas perdre pied et garder en tête le chemin de mes rêves.

Je médite et modère de nouveau toutes mes victoires et tous mes échecs et c’est ce qui fait ma force. Mais ce qui est sûr c’est que je vais continuer d’avancer et courir le plus vite possible vers mon but en gardant avec moi, ce qui fait mon art et ma personnalité ; mes inspirations. Qui me sont d’ailleurs souvent critiquées et interdites, mais qui sont vital à mon développement. Quand vous trouvez des artistes qui vous donne confiance, même si ces personnes ne vous connaissent pas, toutes ces merdes que vous avez en tête vous donne la force de tout mettre en évidence et de donner le meilleur de vous-même, elles vous alimentent. C’est la chose la plus puissante que vous pouvez ressentir dans votre vie. En tout cas ça l’ai pour moi. J’ai des rêves, et je sens qu’ils peuvent réellement devenir réalités.

Nous ne nous évaluons pas assez, particulièrement nous les jeunes.
Le bonheur vient de vous. Personne d’autre peut vous rendre heureux.

Je me suis rendu compte qu’inconsciemment nous fuyons nos problèmes dans des conneries à porter de main. Dis-moi envers qui es-tu loyal, en quoi crois tu ? La weed ? L’alcool ? C’est facile d’être dans ta chambre avec tes écouteurs coupé du monde en train de fumer ton joint en étant dans ta bulle le temps d’une soirée, pour plus penser aux problèmes de ta vie actuelle. J’ai été cette personne qui pensé décompresser, mais qui en fait chercher un moyen de fuir. Et pour moi maintenant c’est un signe de faiblesse.

Je ne sais pas comment, mais je trouverai un moyen de me faire écouter. Dieu sait que j’essaie, J’ai dit à mes larmes « Allez-vous-en et évaporez-vous, disparaissez’’ et je vais continuer de courir
Parce qu’un gagnant n’abandonne pas de lui-même.

Personne n’a le droit de te faire taire car socialement t’es inférieur. Peu importe ton âge, tu as tes propres idées et tes propres expériences alors à toi de te donner les moyens de crier le plus fort possible ce que tu ressens et ce que tu peu apporter au monde. L’argent donne le pouvoir et la crédibilité, c’est juste des conneries. Les galères donnent les leçons et les leçons donnent une ouverture d’esprit sur la vie. Et c’est pourquoi aujourd’hui, je n’ai plus peur de parler en mon nom devant n’importe qui.

 

2 réflexions au sujet de « Freedom »

  1. Je suis venu faire mon curieux sur ton site. Ton article me sensibilise et me touche réellement. Merci d’avoir dévoilé la triste réalité de la société actuelle … Nous sommes tous dans le même bateau, nous finirons au même endroit, nous sommes de passage sur terre donc il faut faire ce qu’il nous plait !! Si tu as la volonté de réussir, tu réussiras, peut importe les moyens !
    (Je t’ai envoyé un snap)

    J'aime

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s